En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal logo Université Clermont Auvergne & associés

Unité de Nutrition Humaine

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Nutrition et mécanismes d’adaptation tissulaire et cellulaire

Bandeau CELL

Les désordres associés au vieillissement et/ou aux maladies chroniques résultent d’une combinaison entre les prédispositions génétiques et les facteurs environnementaux. Leur survenue peut-être favorisée par une sollicitation accrue et/ou répétée des mécanismes d’adaptation de l’organisme à différents types de agressions (malnutrition, surnutrition, pathologies, fatigue, hospitalisation, immobilisation..). Lors de ces épisodes de stress, les différents tissus de l’organisme répondent de manière coordonnée de façon à obtenir une réponse adaptative intégrée. La réponse peut varier en fonction du statut nutritionnel et les besoins nutritionnels peuvent être accrus dans certaines situations d’agression (type, intensité...). Cette réponse met en jeu la régulation de différentes voies métaboliques, qui elles-mêmes sont orientées par des modifications des fonctions cellulaires et plus en amont, des voies de signalisation moléculaire. La connaissance de ces mécanismes est indispensable pour identifier des leviers d’action potentiels contre la survenue des désordres métaboliques et proposer des stratégies d’intervention et/ou des recommandations nutritionnelles adaptées à des populations à risques ou plus sensibles lors de situations de stress. Notre objectif est donc de déterminer les mécanismes tissulaires, cellulaires et moléculaires sous-jacents de la capacité d’adaptation de l’organisme à différents types de situations de stress.

Afin d’appréhender ces mécanismes, la stratégie de l’UNH est de prendre en compte différents niveaux d’étude pour répondre aux questions suivantes :
1) Quelle est la résultante d’une situation de stress donnée sur les besoins spécifiques et la biodisponibilité des nutriments au niveau des différents tissus?
2) Quelles sont les conséquences de ces situations de stress sur le fonctionnement tissulaire et cellulaire ?
3) Quels mécanismes de signalisation intracellulaire sont mis en jeu lors de ces adaptations ?
4) Comment ces mécanismes peuvent être modulés nutritionnellement (ou éventuellement pharmacologiquement), localement au niveau du tissu cible ou au niveau de l’organisme entier ?
5) Comment les modifications épi-génétiques induites par la malnutrition précoce influencent la prédisposition à la survenue de désordres métaboliques ?