En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo UCA

UMR GDEC

UMR 1095 Génétique Diversité et Ecophysiologie des Céréales

Aspect structural de la recombinaison : distribution des évènements de CO et impact des caractéristiques de la séquence


a. Impact de la séquence sur la recombinaison

Jusqu’à présent, nous avons montré que le contenu en gènes avait vraisemblablement un effet majeur sur l’apparition des CO. Cependant, nous avons également montré qu’il y a une absence de recombinaison dans les régions péri-centromériques alors que le pourcentage en séquences codantes dans ces mêmes régions est loin d’être négligeable (Choulet et al (2010) Plant Cell 22: 1686–1701 ; Rustenholz et al, en préparation). D’autres facteurs sont donc impliqués dans cette distribution non homogène. La mise à disposition dans les mois prochains de la séquence complète ordonnée du chromosome 3B (projet ANR 3BSEQ) va nous permettre de répondre de façon plus approfondie à cette question en comparant la séquence dans des régions avec des taux de recombinaison plus ou moins forts. En particulier, nous nous attacherons à identifier au niveau des points chauds de recombinaison des séquences consensus qui pourraient être modifiées (méthylation) ou absentes des régions non recombinogènes.


b. Analyse comparative de la recombinaison sur les génomes homéologues

Nous avons montré au niveau du ctg0954b que la recombinaison n’était pas homogène mais que sa distribution était néanmoins conservée entre des populations différentes. En particulier, sur cette zone de quelques mégabases, le contenu en gènes et le polymorphisme semblent avoir un effet majeur. Le contenu en gène reste très conservé entre les génomes homéologues alors que le taux de polymorphisme varie grandement, en particulier sur le génome D où il est particulièrement faible. Nous proposons donc de comparer la recombinaison dans cette région sur les trois chromosomes homéologues (3A, 3B, 3D) afin d’observer si les profils sont conservés ou s’ils sont différents entre les trois. Les éléments transposables étant extrêmement différents entre génomes homéologues, il est probable que la conservation des profils sera indicative une fois de plus de l’implication des gènes dans la recombinaison dans cette zone. La région correspondant au ctg0954b a été isolée sur les chromosomes homéologues 3A et 3D et elle a été séquencée (collaboration internationale avec l’Université du Kansas, USA et l’IEB d’Olomouc, Rep. Tchèque).

c. Analyse comparative du gradient de recombinaison dans d’autres contextes de ploïdie

La diversité génétique des céréales est très étendue et il existe des espèces avec des niveaux de ploïdie (depuis diploïdes à hexaploïdes) et des modes de reproduction (allogames et autogames) très différents. L’objectif est de comparer les profils de recombinaison dans ces différents contextes afin de voir s’ils sont conservés ou si au contraire, il existe une variation entre diploïdes et polyploïdes qui pourrait être due aux évènements successifs de polyploïdisation ayant abouti à la création du blé tendre. Des populations impliquant différents types de matériel (diploïdes (A, B, D), tétraploïdes (cultivés et sauvages), hexaploïdes) ont été développées par l’INRA de Montpellier (collaboration Jacques David) et pourront être analysées.

d. Analyse de l’impact de la recombinaison sur le taux de GC

La recombinaison est un processus particulier de réparation des cassures double brin de l’ADN. Elle est connue pour générer des taux de mutations importants en particulier avec un excès de mutation vers les bases GC. Cependant, nous n’avons à l’heure actuelle, aucune idée précise de ce taux de conversion chez le blé tendre. Dans le cadre du projet 3BSEQ, nous allons générer une séquence complète ordonnée du chromosome 3B de la variété de référence Chinese Spring ainsi que des séquences partielles (10X) de ce même chromosome dans d’autres variétés représentatives de la variabilité génétique mondiale (une cinquantaine de variétés). L’analyse comparative des séquences et des taux de recombinaison observés (cf. projet 1) va permettre d’évaluer l’impact de ce phénomène sur les taux de mutations.

e. Etude cytogénétique de la recombinaison

La recombinaison se matérialise au niveau cytologique par l’apparition de chiasmas ou nodules de recombinaison qui peuvent être visualisés par hybridation in situ ou coloration chromatinienne. En particulier, les cassures doubles brins qui constituent la première étape nécessaire à l’apparition des chiasmas et la réparation des cassures en conversion génique ou en crossing-over peuvent être visualisées à l’aide d’anticorps spécifiques. Nous proposons de comparer la distribution des cassures doubles brins le long des chromosomes afin d’observer s’il n’existerait pas un biais vers la conversion génique près des centromères et vers les crossing-over près des télomères. La distribution des nodules pourra être étudiée et comparée à la répartition des contigs physique de la carte afin d’essayer de corréler les résultats aux données de séquence.